Perspectives communales de population à l’horizon 2026 et aménagement du territoire : Exercice d’estimation de consommations résidentielles d’espace en Wallonie suivant trois scénarios

Working paper n°11

Des perspectives de population et de ménages au niveau communal à l’horizon 2026 ont été produites en 2012 par le Centre de recherche en Démographie et Sociétés de l’Université catholique de Louvain, à la demande de l’IWEPS. Il s’agit d’une démarche scientifique inédite dont la particularité est de prendre en considération les spécificités locales des phénomènes de fécondité, de mortalité et de migration, mais aussi la transformation des ménages. Cette spécificité locale permet de préciser les évolutions démographiques possibles des communes en fonction des ménages qui les composent. Ces perspectives ont été développées dans un premier temps suivant un scénario tendanciel qui projette les tendances démographiques observées ces 20 dernières années. Sans grande surprise, parallèlement à l’évolution future de leur population, toutes les communes wallonnes voient leur nombre de ménages augmenter. Les taux de croissance sont cependant bien différents selon les communes, ce qui donne tout son sens à cette approche.

La croissance de la population et des ménages aura évidemment un impact sur le territoire wallon puisqu’elle nécessite le développement de nouveaux logements. Une plus ou moins grande part de ces logements mobilisera de nouveaux terrains à bâtir.

Ce travail vise donc à effectuer une double traduction de ces perspectives de population : (1) traduit dans un premier temps en demande en logements liée aux nouveaux ménages par commune, (2) traduit ensuite en superficie au sol par commune pour répondre à cette demande. Cette double traduction est réalisée suivant des clés explicites et plausibles déduites des observations et données disponibles les plus récentes possibles. Trois scénarios sont présentés pour illustrer une gamme de consommation foncière plausible à l’horizon 2026. Face à un scénario maximaliste au niveau de la consommation d’espace, considérant que tout nouveau ménage impliquerait un nouveau logement sur une parcelle vierge, deux autres scénarios prenant en compte une certaine part de création de logements dans le bâti existant et la remise sur le marché de logements inoccupés ont été développés. Un de ces deux scénarios utilise des objectifs d’urbanisation issus de l’actualisation de Schéma de Développement de l’Espace Régional (SDER) afin d’intégrer une vision politique.

Les résultats obtenus après avoir appliqué cette méthodologie à l’ensemble des communes wallonnes sont de deux types :

  • une estimation des besoins de superficie au sol pour accueillir les nouveaux ménages attendus selon les perspectives démographiques ;
  • la comparaison de ces besoins par rapport aux disponibilités foncières et la mise en évidence de communes au risque de forte tension foncière dans l’avenir.

Même le scénario le plus parcimonieux en sol qui a été développé montre qu’à l’horizon 2026, beaucoup de communes devront faire face à la saturation de leurs zones d’habitat alors que d’autres présenteront encore des disponibilités abondantes. Cette variabilité territoriale, permise par l’approche communale des perspectives de population, montre les spécificités et problématiques différentes rencontrées sur le territoire wallon. Elle montre également la nécessité de trouver des solutions territorialisées à ces problématiques spécifiques.

Un communiqué de presse présentant un aperçu des principaux résultats est téléchargeable ci-contre.

Langue : fr Format : A4 Prix : Gratuit Nombre de page : 44