Perspectives de population et de ménages pour les communes wallonnes

L’IWEPS a chargé le Centre de recherche en démographie de l’UCL (DEMO-UCL) de mettre à jour les perspectives de population et de ménages au niveau communal, dont la première édition avait été établie en 2012. Elles ont cette fois pour horizon 2035. Il s’agit d’une démarche scientifique originale qui prend en considération non seulement les spécificités locales des phénomènes de fécondité, de mortalité et de migration, mais aussi la transformation de la structure des ménages. Ce document présente les principaux résultats sous forme de tableaux et de cartes. Ces perspectives démographiques constituent un outil indispensable à la prise de décision tant au niveau communal que régional (logement, équipement, aménagement du territoire…) et des éléments fondamentaux en termes d’anticipations pour les décideurs.

Avertissement
Les projections de populations et de ménages à l’échelle des communes wallonnes reposent sur une méthodologie robuste permettant notamment de résoudre le problème des petits effectifs, et donc des aléas statistiques, inhérent aux populations de faible taille. Néanmoins, en dépit des précautions méthodologiques, il convient de rappeler que ces projections démographiques (comme d’ailleurs celles réalisées à l’échelle de pays ou de régions) n’ont pas pour objectif de « prédire », mais plutôt de tracer les grandes tendances futures en fonction de l’évolution des caractéristiques par âge et sexe de la population, des situations de ménage et des comportements démographiques (fécondité, mortalité et migrations) réellement observés au cours des quinze dernières années. Ces projections communales répondent à la question suivante : quelles seront en 2035 le chiffre de la population et sa répartition par grand groupe d’âges et par taille de ménage si rien ne change par rapport à ce qui a été observé entre 2000 et 2015 ?
Par précaution, nous ne publions que les données de base, à savoir, pour chaque commune le chiffre de la population, sa répartition par grand groupe d’âges (0-19, 20-64 ans et 65 ans et plus), le nombre de ménages privés et la taille moyenne des ménages privés.

Toute politique communale mise en place pour favoriser l’attrait des populations peut dès lors rompre la tendance et n’est pas pris en compte dans le modèle. Par exemple : la Ville de Saint-Hubert a décidé de mener depuis 2014 une politique pour contrecarrer sa décroissance actuelle. Elle a ouvert trois lotissements, acheter un terrain pour construire des logements et implanter des infrastructures pour attirer de la population, notamment une crèche et une maison médicale. Cette politique pourrait inverser les tendances attendues.

Langue : fr Format : A4 Prix : Gratuit Nombre de page : 6