Indicateurs statistiques

Part de GRAPA chez les 65 ans et plus

En Wallonie, au 1er janvier 2020, 5,46 % des plus de 65 ans bénéficient de la garantie de revenus aux personnes âgées.

Évolution du taux de GRAPA chez les 65 ans et plus

Sources : SFP (GRAPA et RG); Statbel (population) ; Calculs : IWEPS

La garantie de revenus aux personnes âgées (GRAPA, et avant 2001 le revenu garanti, RG) est un revenu accordé aux plus de 65 ans dont les revenus du ménage sont insuffisants. Cette aide est de 1 184,20 € par mois pour un isolé et de 789,47 € pour un cohabitant (montants au 01/01/2021). Il s’agit donc d’une forme d’assistance sociale pour les personnes âgées qui ne bénéficient pas suffisamment de la sécurité sociale (pensions), d’autres revenus (immobilier, capitaux) ou de ressources provenant d’autres membres du ménage (salaires, pensions…).

Le taux de GRAPA et revenu garanti chez les 65 ans et plus est en Wallonie (5,45 %) inférieur au taux observé à Bruxelles (12,19 %), mais, depuis 2012, supérieur au taux observé en Flandre (3,75 %). Du point de vue de l’évolution, on observe globalement en Wallonie une faible augmentation (environ un point de pourcentage) du taux entre 2002 et 2015, suivie d’une très légère diminution depuis. Cette évolution contraste avec celle de la Flandre, dont le taux a diminué de deux points de pourcentage depuis 2002. Cependant, ces deux régions présentent des situations fort semblables, surtout en comparaison avec Bruxelles dont le taux est bien plus élevé et connait une croissance très importante et ininterrompue.

On peut se demander à quel point les chiffres de la GRAPA nous informent non seulement sur la situation sociale des aînés, mais aussi sur la pauvreté du passé. En effet, pour percevoir une GRAPA il faut percevoir une faible pension et posséder un faible patrimoine (capital mobilier et biens immobiliers). Il s’agit donc de personnes qui n’ont pas pu cotiser assez durant leur jeunesse, ni se constituer une épargne suffisante. Leurs revenus d’antan étaient donc probablement faibles.

 

 

 

La carte de la GRAPA et du RG montre des taux élevés dans les zones plutôt rurales du sud des provinces du Hainaut, de Namur et de Liège et du nord et de l’ouest de la province de Luxembourg. On observe aussi des taux importants dans les villes industrielles de Charleroi, Liège et Verviers.
À l’opposé, le Brabant wallon, les localités au nord de Namur et à proximité du Grand-Duché de Luxembourg ainsi que quelques communes périurbaines présentent les taux les plus bas.
Ce caractère relativement rural de la GRAPA contraste avec la répartition du revenu d’intégration sociale (cf. fiche part de revenus d’intégration) qui est surtout urbaine.


Définitions et sources

Les chiffres de la GRAPA proviennent du Service fédéral des Pensions (SFP, anciennement Office national des Pensions). Il s’agit du nombre de bénéficiaires de la GRAPA et de l’ancien revenu garanti (pour les bénéficiaires actuels du régime antérieur à 2001). Les chiffres comptabilisent le nombre de bénéficiaires au 1er janvier de l’année de référence. La population de 65 ans et plus au 1er janvier provient de Statbel. Le rapport entre les deux permet d’identifier le taux de 65 ans et plus bénéficiant d’une GRAPA ou d’un RG.


Pertinence et limites

Comme pour les revenus d’intégration (cf. fiche part de revenus d’intégration), la GRAPA mesure l’assistance sociale, ici chez les aînés, et non la pauvreté en elle-même. Un certain nombre de personnes âgées vivent en situation de pauvreté, mais ne bénéficient pas de la GRAPA, parce qu’ils ne l’ont pas demandée, n’y ont pas droit ou bénéficient d’autres revenus, mais insuffisants par rapport à leurs besoins. Il faut donc plutôt considérer cette proportion comme une mesure du traitement assistanciel de la pauvreté chez les 65 ans que comme une mesure directe de la pauvreté.

Responsable(s) : Ghesquiere François

Pour en savoir plus:

http://walstat.iweps.be/walstat

Prochaine mise à jour : juin 2022


Télécharger la fiche .pdf
I006-GRAPA-Annexe   .xlsx
Retour aux statistiques