Indicateurs statistiques

Exportations et importations internationales de biens et services

2,5%, c’est la croissance annuelle moyenne des exportations internationales de biens et de services en Wallonie entre 2009 et 2019.

Evolution du volume des exportations de biens et de services – taux de croissance (en %)

Sources : ICN et Eurostat ; Calculs : IWEPS (avril 2021)

Les exportations wallonnes de biens et de services ont connu une évolution globalement moins favorable (2,5 % en moyenne annuelle) qu’en Flandre (4,1 %) et qu’en moyenne dans la Zone euro ou dans l’Union européenne (4,9 %). En particulier, les exportations wallonnes se sont nettement contractées de 2011 à 2013. En 2019, selon les estimations provisoires, la croissance des exportations wallonnes était largement supérieure (6,9 %) à celles enregistrées en moyenne en Belgique (1,0 %) et dans la Zone euro (2,5 %) alors qu’elles se contractaient en Flandre (-1,3 %).

Les importations wallonnes de biens et de services ont connu une évolution semblable (2,6 % en moyenne annuelle), un niveau inférieur à ceux mesurés en Flandre (4,6 %) ainsi qu’en moyenne dans la Zone euro ou dans l’Union européenne (4,5 %). En 2019, selon les estimations provisoires, la croissance des importations wallonnes (3,3 %) était légèrement inférieure à celle observée dans la Zone euro (3,9 %) mais plus importante que celle enregistrée en Belgique (0,8 %).

Commerce extérieur – moyennes régionales (2009-2019)

Sources : ICN ; Calculs : IWEPS (avril 2021)

La part wallonne dans les exportations nationales s’établit en moyenne sur la période 2009-2019 à 16,0 %. En 2019, les exportations de la Wallonie s’élèvent à 61,7 milliards d’euros (272,9 milliards pour la Flandre et 55,0 pour Bruxelles). La part moyenne wallonne dans les importations est encore plus faible (13,9 %). En 2019, elles se montent à 52,0 milliards d’euros (269,7 milliards pour la Flandre et 65,0 pour Bruxelles). La balance commerciale internationale wallonne se chiffre, en 2019, à 9,7 milliards d’euros. La moyenne des exportations et des importations rapportées au PIB (49 %) indique/montre le degré d’ouverture internationale de la Wallonie. Il est plus faible que celui de la Flandre (91 %) et de Bruxelles (67 %).


Définitions et sources

Les données utilisées pour cette fiche proviennent des comptes régionaux, publiés en mars 2021 par l’ICN. Pour la première fois une estimation provisoire pour la dernière année, ici 2019, est disponible. Ces statistiques découlent d’un projet de collaboration entre la BNB et les trois instituts statistiques régionaux. Ces chiffres sont publiés à prix courants et ils sont adaptés en euros chaînés au moyen des déflateurs nationaux.

Ces données respectent le concept « national » qui est de mise dans les comptes nationaux et la balance des paiements. Selon ce concept, une exportation (une importation) est enregistrée dès que la propriété d’un bien ou d’un service passe d’un résident à un non-résident (ou inversement). Ce concept s’oppose au concept communautaire, qui enregistre un flux commercial avec l’extérieur dès le franchissement d’une frontière (incluant donc le transit).

La ventilation géographique des données s’effectue au lieu de l’établissement de l’exportateur ou importateur. Lorsqu’une entreprise compte des implantations dans plusieurs arrondissements ou régions, ses exportations sont ventilées entre ces établissements, au moyen de clés basées sur la masse salariale. Il s’agit d’un traitement conforme à celui effectué pour la valeur ajoutée (et le PIB).


Pertinence et limites

Les statistiques des comptes régionaux incluent les exportations et importations de services. Ce n’est pas le cas des données directement issues du commerce extérieur, qui se limitent aux marchandises.

Les séries publiées par l’ICN dans les comptes régionaux commencent désormais à l’année 2009. Des données antérieures, pour la période 1995-2008 sont disponibles auprès de l’ICN mais elles n’ont pas été adaptées aux modifications méthodologiques intervenues dans la comptabilité nationale et régionale en 2019 et 2020. Une rupture de série a lieu entre 2008 et 2009 et les résultats pour la période 1995 à 2008 ne seront pas adaptés par l’ICN.

Il est ici question des exportations et importations internationales, c’est-à-dire à destination du reste du monde, au-delà des frontières belges. Ces données ne tiennent donc pas compte des flux de commerce interrégionaux. Notons qu’une estimation de ces flux a été réalisée pour l’année 2010 dans le cadre de Tableaux input-output régionaux (Cf. Rapport sur l’Economie wallonne 2016).

Responsable(s) : Tilman Yves

Pour en savoir plus:

Plus de données et fichiers à télécharger : http://walstat.iweps.be/

https://www.iweps.be/publication/rapport-leconomie-wallonne-2016/

https://www.iweps.be/publication/comptes-regionaux-2016-2019/

Prochaine mise à jour : juin 2022


Télécharger la fiche .pdf
Retour aux statistiques