Indicateurs statistiques

Niveau de diplôme de la population de 25 ans et plus

En 2018, un peu plus de deux-tiers (69 %) des Wallons détenaient au moins un diplôme de l’enseignement secondaire supérieur, soit 2 x plus qu’il y a 25 ans.

Niveau de diplôme de la population wallonne en 2018, selon l’âge et le sexe

Sources : Statbel – Enquête sur les Forces de Travail, 2018 (Moyenne annuelle) ; Calculs : IWEPS

 

En Wallonie, en 2018, 13 % des personnes âgées de 25 ans et plus n’ont pas de diplôme ou au maximum un diplôme de l’enseignement primaire. Un Wallon sur cinq est diplômé (au maximum) de l’enseignement secondaire inférieur et un tiers, du secondaire supérieur. Un tiers des Wallons ont terminé des études supérieures. Pour 38 % d’entre-eux, il s’agissait d’études de niveau universitaire (masters ou équivalents).

La répartition des niveaux de diplôme varie selon la catégorie d’âge et selon le sexe. Ne pas avoir un diplôme de l’enseignement secondaire supérieur peut être problématique au 21ème siècle. Le graphique indique à cet égard une nette amélioration pour les catégories d’âges les plus jeunes. Ils sont moins d’un quart chez les moins de 50 ans, mais plus de 40 % chez les 65 ans et plus. La part de diplômés de l’enseignement supérieur est plus élevée dans les tranches d’âge les plus jeunes, mais c’est surtout chez les femmes que cette évolution se fait sentir : elles sont de plus en plus nombreuses, dans les jeunes générations, à terminer des études supérieures. Le graphique montre également que, globalement, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à avoir un diplôme de l’enseignement supérieur de type court ou un baccalauréat. Parmi les plus jeunes générations, elles sont également plus nombreuses que les hommes à avoir un diplôme de l’enseignement supérieur de niveau universitaire (masters ou équivalents).

 

Evolution du niveau de diplôme de la population wallonne âgée de 25 ans et plus de 1990 à 2018

Sources : Statbel – EFT, 1990 à 2018 ; Calculs : IWEPS

 

Ce graphique illustre d’une autre manière l’augmentation du niveau de diplôme le plus élevé obtenu. En 1990, environ 40 % de la population de 25 ans et plus n’avait pas de diplôme ou au maximum un diplôme du primaire. Après un quart de siècle, ils ne sont plus que 15 %. En 1990, seul un tiers de la population avait obtenu au moins un diplôme de l’enseignement secondaire supérieur. Ils représentent maintenant deux-tiers de la population de 25 ans et plus.

Comparaison entre 1990 et 2018 du niveau de diplôme par catégorie d’âge en Wallonie

Sources : Statbel – EFT, 1990 et 2018 ; Calculs : IWEPS

 

L’augmentation du niveau de diplôme vaut pour toutes les catégories d’âge. On observe également sur ce graphique que la différence entre 1990 et 2018 se marque surtout par une forte diminution de la part des personnes qui n’ont au maximum qu’un diplôme du secondaire inférieur (niveau bas), tandis que l’augmentation de la part des personnes diplômées du supérieur (niveau haut) est moins marquée.


Définitions et sources

Les données proviennent de l’Enquête sur les Forces de Travail (EFT, moyenne annuelle). Le niveau d’éducation y est estimé par le diplôme le plus élevé obtenu, que ce soit dans le cadre de la formation initiale ou à l’âge adulte. A l’intérieur de l’enseignement supérieur, on distingue d’une part, le type court (graduats) et les bacheliers professionnalisants et académiques (niveaux 5 et 6 de la classification CITE 2011), et d’autre part, l’enseignement supérieur de type long et universitaire (masters ou équivalents, ingénieurs, doctorats,… , soit les niveaux 7 et 8 de la classification CITE 2011). Notons que les versions antérieures de cette fiche utilisaient une classification différente.


Pertinence et limites

L’enquête EFT est organisée par Statbel sous la supervision d’Eurostat et peut être utilisée pour des comparaisons internationales. Elle est obligatoire. Les chiffres présentés sont extrapolés à partir d’un échantillon. De ce fait, les différences observées doivent être interprétées avec prudence. En outre, en raison d’une profonde réforme de l’enquête en 2017, principalement de la méthode d’échantillonnage, les comparaisons des chiffres de 2017 et des années suivantes avec ceux des années précédentes doivent être interprétées avec prudence.

Responsable(s) : Dujardin Claire

Pour en savoir plus:

L’Enquête sur les Forces de Travail : http://statbel.fgov.be/fr/statistiques/collecte_donnees/enquetes/eft/

Prochaine mise à jour : juin 2020


Télécharger la fiche .pdf
Retour aux statistiques