Indicateurs statistiques

Sécurité routière

289 personnes tuées sur les routes wallonnes en 2017 (contre 314 en 2016).

Bilan comparé des accidents et victimes de la route en Wallonie et en Flandre en 2017

Notes :
– Un accident entre plus de deux véhicules est considéré comme un seul accident.
– Afin de permettre une comparaison entre les données, le choix s’est porté sur les statistiques de l’année 2017.
– Le réseau considéré représente l’ensemble des autoroutes et routes de 2010, à l’exclusion des routes non revêtues.
– Les données de trafic routier utilisées sont celles de 2016.
Sources : SPF-Mobilité et Transports, Statbel ; Calculs : IWEPS

 

Le nombre d’accidents corporels enregistré sur les routes wallonnes en 2017 est, quant à lui, de 10 939 (contre 11 248 en 2016). Le chiffre pour la Belgique est de 38 020, celui de la Flandre s’élève à 23 235 et à 3 846 en Région de Bruxelles Capitale. Le nombre de tués dans les 30 jours suivant l’accident a baissé de 8 % (11 % en Région flamande et de 8,2 % en Belgique).

La prise en compte des statistiques d’accidents de la route et plus particulièrement de celles relatives au nombre de personnes tuées par million d’habitants (79,7), peut paraître peu « flatteuse » en comparaison avec la Flandre (46,3), la Belgique (54,1) et la moyenne européenne (51 pour EU-28).

Mais cette analyse est quelque peu réductrice, vu l’importance du trafic de transit et de la plus faible densité d’habitants en Wallonie. La situation réelle est donc plus contrastée et surtout beaucoup plus complexe, laissant transparaître qu’il y a moins d’accidents corporels en Wallonie (10 939) qu’en Flandre (23 235), mais qu’ils sont généralement plus graves. Ceci peut s’expliquer par la spécificité du réseau et semble compatible avec le constat d’un réseau moins congestionné, où les vitesses pratiquées sont plus élevées. Le nombre de personnes décédées rapporté au kilomètre de réseau est d’ailleurs quasi identique en 2017.

Les chiffres s’améliorent ces dernières années ; le nombre de personnes tuées sur les routes wallonnes a diminué de 8 % en 2017 (289 décédés après 30 jours pour 314 en 2016). L’objectif du Gouvernement wallon en la matière est de s’inscrire dans la volonté européenne d’une réduction de 50 % du nombre de tués sur les routes d’ici 2020, ce qui représente un maximum de 200 tués pour la Wallonie à cette échéance.

 

 

Evolution des accidents de la route en Wallonie de 1990 à 2017

Sources : SPF-Mobilité et Transports, Statbel ; Calculs : IWEPS

 

 

On constate une tendance générale à la baisse au niveau des accidents et des tués de la route. Depuis 2010, le nombre d’accidents corporels a chuté de 16 %, le nombre  de  décédés  et   blessés   graves de 42 % et le nombre d’accidents mortels de 22 %.

Les 10 939 accidents corporels répertoriés en 2017 représentent, en nombre de victimes, 289 individus décédés dans les 30 jours, 972 blessés graves et 13 422 blessés légers.

 

Décès 30 jours de la route par 10 milliards de voyageurs-kilomètres, 2015

Sources : EC DG Mobility & Transport, Statbel, SPF M&T ; Calculs : IWEPS

 

La  Wallonie, avec le chiffre de 75 décès (dans les 30 jours) de la route par 10 milliards de voyageurs.km réalisés en auto et moto, est supérieur à la moyenne européenne (54 pour EU-28) et belge (68).

Note :

–  Le nombre de décédés dans les 30 jours par 10 milliards de voyageurs.km effectués par les voitures particulières et motos pour les différents pays européens (2015 dernières données disponibles).


Définitions et sources

  • Un accident entre + de 2 véhicules est considéré comme un seul accident.
  • Afin de permettre une comparaison entre les données, le choix s’est porté sur les statistiques « Accidents » de 2017. Ces dernières sont rapportées au réseau routier (données 2010) et aux voyageurs.km (données 2015).
  • Le réseau considéré représente l’ensemble des autoroutes et routes, à l’exclusion des routes non revêtues pour l’année 2010.

Sources  :  EC DG Mobility & Transport, Statbel, SPF M&T ; Calculs : IWEPS.


Pertinence et limites

Le nombre de tués est la donnée la plus fiable et la plus stable. La probabilité qu’un accident fasse l’objet de l’intervention de la police ou des parquets y est en effet la plus grande. Les données des blessés légers sont très probablement sous-estimées, notamment pour les usagers faibles (piétons, cyclistes).

Responsable(s) : Juprelle Julien

Pour en savoir plus:

http://statbel.fgov.be/fr/themes/mobilite/circulation/accidents-de-la-circulation#news

Prochaine mise à jour : septembre 2019


Télécharger la fiche .pdf
Retour aux statistiques