Indicateurs statistiques

Densité des infrastructures de transport

La Wallonie est dotée de 248 km d’autoroutes par million d’habitants (163 km par million d’habitants pour la Belgique).

Densité des différents réseaux de transport au 1er janvier 2010*

*Année commune pour la comparaison avec les données européennes, dernières données belges en infrastructures pour la route (2010) Sources : SPF-Economie / Direction générale Statistiques, SPF–Mobilité et Transports, Eurostat, SPW-DGOMVH, SNCB et INFRABEL ; Calculs : IWEPS

 

Les réseaux de transport en Wallonie sont parmi les plus denses d’Europe, tant dans le rapport au territoire qu’à la population vivant sur ce territoire.

Par superficie de 1 000 km2, la Wallonie compte ainsi en moyenne 52 km d’autoroutes, 408 km de routes régionales,  42 km de routes provinciales et 4 319 km de routes communales. Ces chiffres sont comparables à ceux de la Belgique. Par contre, la densité par million d’habitants est différente en Wallonie et en Belgique : la Wallonie est dotée de 248 km d’autoroutes par million d’hab. (163 km par million d’hab. pour la Belgique), de 1 963 km de routes régionales (1 220 km pour la Belgique), de 204 km de routes provinciales (124 km pour la Belgique) et de 20 797 km de routes communales (12 811 km pour la Belgique) toujours par million d’habitants. La densité du réseau rapportée à la population est donc pratiquement 2 fois plus importante en Wallonie que sur toute la Belgique.

La Wallonie dispose de nombreux atouts en matière de réseaux et d’infrastructures de transport, favorisant l’accessibilité et l’attractivité du territoire et garantissant la mobilité des biens et des personnes: grande densité, réserves de capacité comparativement aux autres régions, faibles coûts à l’usage, situation géographique privilégiée au cœur de l’Europe, aux carrefours de grands axes d’échanges de personnes et de marchandises et dans l’hinterland de grands ports maritimes de la façade Atlantique.

Sources : SRWT – Communication et DD, SNCB 2011, SPF-Finances-AGDP

 

Le réseau routier est également utilisé par les bus TEC (776 lignes et 16 147 arrêts en 2013) et partiellement  par les   cyclistes (1 802 km de routes régionales sont équipées de pistes cyclables, en plus de 1 300 km de Réseau Autonome des Voies Lentes (RAVeL).

Selon nos estimations, 61,3 % des logements wallons ont en 2014 une accessibilité piétonne aux transports publics (TC) bien desservis. Des estimations similaires sont calculées dans le cadre des indicateurs ISADF (indicateurs synthétiques d’accès aux droits fondamentaux) et ICBE (Indice des conditions de bien-être).

 

Longueur des réseaux routiers et ferroviaires (routes Belgique 1970-1989, Wallonie 1990-2010, Ferroviaires Belgique 1970-2009)

Sources : SPF–Mobilité et transports, Société Nationale des Chemins de Fer Belges (SNCB) et INFRABEL ; Calculs : IWEPS

 

Les réseaux de transport ont évolué différemment depuis 1970 : le réseau routier belge n’a cessé de croître (+65 %), la progression la plus forte étant réalisée par les autoroutes (+329 %), alors que sur la même période, 12 % des lignes ferroviaires belges ont disparu et en particulier en Wallonie. Depuis 2000, les réseaux routiers et ferroviaires ne se sont guère développés. La progression actuelle de ceux-ci se situe respectivement au niveau des routes communales et de la construction de lignes ferroviaires à grande vitesse (LGV).

 


Définitions et sources

Il s’agit de la longueur des différents réseaux de transport traversant la Wallonie exprimés en kilomètre et rapportés à la superficie ou au nombre d’habitants.

2010 : Année commune pour la comparaison avec les données européennes, dernières données belges en infrastructures pour la route (2010).

Sources : SPF-Economie / Direction générale Statistiques, SPF-Mobilité et Transports, Eurostat, SPW-DGOMVH, SNCB et INFRABEL ; Calculs : IWEPS.


Pertinence et limites

Les statistiques sont récoltées auprès de différents producteurs selon leurs définitions propres.

La densité des réseaux de transport peut être relevée comme un avantage de compétitivité d’un territoire car son accessibilité est accrue pour l’échange des biens et des personnes.

Responsable(s) : Juprelle Julien

Pour en savoir plus:

Prochaine mise à jour : juin 2018


Télécharger la fiche .pdf
Retour aux statistiques