Indicateurs statistiques

Structure d’activité de la population wallonne (concept BIT)

Le taux d’activité wallon des 15-64 ans en 2020 était de 63,9 %, soit le % de Wallons en âge d’activité présents sur le marché du travail.

Structure d’activité de la population wallonne en 2020

Sources : Enquête sur les Forces de Travail – Statbel

En 2020, la Wallonie comptait 3 603 361 habitants. 617 968 avaient moins de 15 ans et 660 055 plus de 65 ans. 2 325 338 étaient en âge de travailler, soit 64,5 % de la population.

Parmi ces personnes âgées de 15 à 65 ans, 1 485 981 étaient présentes sur le marché du travail. Ces dernières, appelées aussi « les actifs », représentaient 63,9 % de la population en âge de travailler. Ils n’avaient pas tous un emploi. 7,4 % d’entre eux, soit 110 019 étaient au chômage (concept BIT). Le solde – 1 375 962 personnes – avaient un emploi. Ils représentaient 59,2 % de la population en âge de travailler.

Il faut noter que certaines personnes (en très grande majorité des indépendants) travaillent au-delà de 64 ans. Si on prend en compte toutes les tranches d’âge, on comptabilise en Wallonie 1 394 182 personnes ayant un emploi. 1 206 207 sont salariées (soit 86,5 % des actifs occupés) et 187 975 sont indépendantes.

Parmi les salariés, 11,5 % ont un emploi temporaire soit parce qu’ils ont un contrat à durée déterminée, soit parce qu’il s’agit d’un intérim, d’un stage, ou d’un travail occasionnel.

A noter que ces statistiques sont estimées sur la base de l’Enquête sur les Forces de Travail afin de permettre les comparaisons internationales. Les intervalles de confiance sont donc nécessaires pour rendre compte des erreurs liées à l’échantillonnage. Ainsi, par exemple, on peut affirmer avec 95 % de certitude que la population active occupée des 15-64 ans (1 375 962 travailleurs) se situait en 2020 entre 1 361 549 et 1 390 374 personnes.

 

Part des femmes au sein des différents ensembles de la structure d’activité de la population et taux de base du marché du travail par sexe, en 2020

Sources : Enquête sur les Forces de Travail – Statbel

Si les femmes sont un peu plus nombreuses dans la population totale que les hommes (50,9 % de femmes), la répartition est égalitaire dans la population en âge de travailler. Le taux de population en âge de travailler est donc légèrement plus faible pour les femmes (63,4 % contre 65,7 % pour les hommes). Les femmes représentent 46,6 % de la population active, leur taux d’activité étant plus faible que celui des hommes (59,5 % contre 68,3 %). Cette part est un peu plus grande au sein de la population active occupée (47,0 %) et plus faible au sein du chômage BIT (41,1 %). Le taux de chômage féminin est plus faible que celui des hommes (6,5 % contre 8,2 %) mais leur taux d’emploi reste cependant inférieur (55,6 % contre 62,8 %). Les femmes représentent 48,6 % des salariés et 36,0 % des indépendants. Lorsqu’elles travaillent, les femmes sont plus souvent salariées que les hommes (89,6 % contre 83,8 %). Et lorsqu’elles ont un emploi salarié, il est un peu plus souvent temporaire que chez les hommes (11,5 % contre 11,4 %).


Définitions et sources

Les statistiques utilisées sont celles de l’Enquête sur les Forces de Travail (EFT). Il s’agit donc de données extrapolées à l’ensemble de la population à partir d’un échantillon.

Cette enquête est réalisée par Statbel sous la supervision d’EUROSTAT. Elle est menée auprès des ménages privés (sont exclus les personnes vivant en ménages collectifs : prisons, maisons de repos, communautés religieuses, …). Elle est également réalisée dans tous les pays de l’Union européenne. Ce sont ces statistiques qui sont utilisées dans les comparaisons internationales, notamment par l’OCDE.
La collecte des données est répartie sur les 52 semaines de l’année afin d’obtenir une image aussi représentative que possible de la population active sur l’ensemble de l’année (moyenne annuelle).


Pertinence et limites

Ce sont les statistiques qui se conforment au mieux aux critères du BIT. En particulier, la définition du chômage diffère de celle des données administratives.

Ces statistiques sont inférées à partir de l’Enquête sur les Forces de Travail (EFT). Or, l’inférence induit une « marge d’erreur » (que l’on peut cependant circonscrire dans un intervalle de confiance).

Attention, la population est exprimée en moyenne annuelle et ne comprend que les personnes vivant en ménages privés, ce qui explique la différence avec les données démographiques (au 1er janvier) publiées par ailleurs.

Responsable(s) : Vander Stricht Valérie

Pour en savoir plus:

Plus de définitions sur le site de l’IWEPS et possibilité de télécharger les schémas des années précédentes :
https://www.iweps.be/indicateur-statistique/structure-dactivite-de-population-wallonne/

Plus d’explications sur la mesure du chômage en Wallonie http://www.iweps.be/publication/mesure-t-on-taux-de-chomage-wallonie/

L’enquête Forces de travail sur Statbel- https://statbel.fgov.be/fr/themes/emploi-formation/marche-du-travail/ emploi-et-chomage

Données infra régionales, WalStat – http://walstat.iweps.be

https://www.iweps.be/publication/de-lembauche-a-hausse-taux-demploi-parcours-concepts-definitions-sources-de-donnees/

Prochaine mise à jour : mai 2022


Télécharger la fiche .pdf
L012-schéma-structure2020   .jpg Télécharger le schéma 2019   .jpg Télécharger le schéma 2018   .jpg Télécharger le schéma 2017   .jpg Télécharger le schéma 2016   .jpg Télécharger le schéma 2015   .jpg Télécharger le schéma 2014   .jpg Télécharger le schéma 2013   .jpg Télécharger le schéma 2012   .png L012-1.-taux_eft_regions-belges_sexe_et_age-2   .xls L012-2.tcd_status_taux_eft_regions-belges_sexe_et_age-1   .xls L012-3.-statuts_activité_eft_regions-belges_sexe_et_age-1   .xls
Retour aux statistiques