Projets

MOBWAL : la nouvelle enquête Mobilité par interview de l’IWEPS

logo_mobwal

Afin d’obtenir des informations à jour, relatives aux comportements des individus en matière de mobilité, l’IWEPS met en place des outils innovants et récurrents pour appréhender les stratégies de mobilité des Wallons. Deux enquêtes indépendantes, MOBWAL et GPSWAL,  sont ainsi menées en 2016-2017 auprès d’échantillons représentatifs de la population, à savoir :

L’enquête régionale de mobilité ‘MOBWAL’ en face-à-face (méthode CAPI – Computer Assisted Personal Interviewing) sur les stratégies/comportements de mobilité des Wallons. Il s’agit d’une enquête sociologique réalisée début 2017 auprès de 1.303 wallons de 18 ans et plus. L’objectif de l’enquête est de décrire et de comprendre les pratiques de mobilité : Quel/s mode/s de transport/s est/sont privilégié/s ou exclus ? Dans quels cas (motifs de déplacements) ? Pour quelles raisons ? Comment le genre, la situation familiale, socio-économique et professionnelle influencent-t-ils les stratégies de mobilité ? L’analyse des résultats devrait permettre de tirer des enseignements utiles à la prise de décision politique notamment.

Résultats

Base de données

Une base de données anonymisée – MOBWAL2017 – contenant les principales variables de l’enquête est disponible sur demande (mobwal@iweps.be).

Méthodologie

Sur le plan méthodologique, l’IWEPS a décidé de privilégier une enquête en face à face afin de garantir la qualité des données récoltées. L’enquête MOBWAL a été réalisée du 31 janvier au 21 mai 2017, par des enquêteurs expérimentés, au domicile du répondant, auprès d’un échantillon de 1.303 individus (1.299 après validation), représentatif de la population en Wallonie. Le tirage de l’échantillon a été réalisé à partir des données du Registre national. L’IWEPS a confié la réalisation du travail de terrain à un prestataire externe sélectionné au terme d’un appel d’offres général soumis à la publicité européenne.

La phase de préparation du terrain a fait l’objet d’un suivi rigoureux de la part de l’IWEPS. La formation des enquêteurs a été organisée et administrée par les chercheurs de l’IWEPS qui ont, en collaboration avec l’Institut de sondage mandaté pour réaliser l’enquête (KANTAR, ex TNS Dimarso), assuré le suivi du terrain ainsi que l’évaluation des enquêteurs.

Tous les enquêteurs travaillant sur MOBWAL ont bénéficié de séances de formation données conjointement par l’IWEPS et KANTAR début 2017, au cours desquelles les objectifs de l’enquête, le contenu du questionnaire et les consignes à suivre ont été exposés aux enquêteurs. La formation contenait également des exercices pratiques et des mises en situation.

Tirage de l’échantillon

L’échantillon de 2.600 adresses a été tiré à partir des données du Registre national sur la base d’un tirage stratifié à deux degrés :

  • Stratification géographique selon les 5 provinces wallonnes avec allocation – des codes postaux parmi les strates – proportionnelle à la taille (i.e. à la racine carrée du nombre de résidents dans chaque province)
  • Degré 1 : Dans chaque strate (province), sondage systématique proportionnel à la taille pour le tirage des unités primaires (UP = code postal) -> Certains codes postaux, plus densément peuplés, ont été tirés 2 ou 3 fois.
  • Degré 2 : Dans chaque unité primaire (code postal), on procédera par sondage aléatoire simple sans remise pour le tirage des 20 unités secondaires (US = individus) :

Construction du questionnaire

Le questionnaire MOBWAL 2017, d’une durée d’une petite heure, a été administré en face-à-face et les réponses ont été directement encodées par l’enquêteur sur ordinateur (méthode CAPI – Computer Assisted Personal Interviewing. La durée réelle moyenne pour l’interview a été proche de 40 minutes. Pour un aperçu du questionnaire, nous renvoyons le lecteur au working paper de l’IWEPS n°24  (février 2018).

Le taux de réponse général pour la Wallonie est de 50,1 % et, selon la province : 53,8% pour le Brabant wallon, 44,2% pour le Hainaut, 54,1% pour Namur, 50,6% pour le Luxembourg et 51,5% pour Liège.

La marge d’erreur maximale à un niveau de confiance de 95% est de 2,72%. Cette marge d’erreur maximale est atteinte lorsque la proportion de réponse à une question est de 50 % (p.ex. 50 % des personnes se déplacent en transports en commun au moins une fois par semaine), elle est moindre lorsque la proportion s’éloigne de cette référence.

Plus d’information sur la méthodologie dans le rapport de terrain (à paraître).

Coordinateurs du projet

Masuy Amandine

Évenements associés

Dixième Conférence annuelle

Mesurer et étudier la mobilité au 21e siècle : Nouvelles sources, nouvelles méthodes, nouveaux regards...

Lire la suite

Publications associées

MOBWAL et GPSWAL, deux enquêtes complémentaires pour mieux appréhender les comportements de mobilité de la population wallonne

Pourquoi ne pas utiliser plus souvent les transports en commun ? Pourquoi la mobilité partagée...

Lire la suite